Que choisir entre psy, ostéo & kinésio ?

La santé est un secteur tendu en France : manque de personnel dans les hôpitaux, déserts médicaux… Et en parallèle, pullule un nombre incroyable de nouvelles pratiques, faisant des promesses plus alléchantes les unes que les autres. Alors, en tant que patient et client, on ne sait plus vraiment à quel saint se vouer. Qui aller voir pour une douleur ? Chez qui se rendre pour une dépression ?

Quelques rappels importants

Que cela soit pour une douleur, une problématique récurrente, ou un choc émotionnel… La première chose à faire avant d’aller consulter un ostéopathe, un psychologue ou un kinésiologue, c’est d’aller voir son médecin traitant. En effet, écarter toute raison médicale permet une meilleure prise en charge à l’issue. Il est primordial d’écarter tout doute sur l’origine organique de la problématique avant d’aller plus loin.

De plus, se tourner en premier lieu vers des techniques complémentaires peut retarder la prise en charge et l’établissement d’un diagnostic, le cas échéant. Le kinésiologue, par exemple, n’a pas vocation à détecter tel ou tel problème de santé. Nous ne sommes pas formé-es pour cela. D’où l’importance de rencontrer un professionnel de santé en premier lieu.

Dans cet article, il ne sera pas question de prendre partie pour une pratique en particulier. Simplement, de mettre en lumière l’approche psychologique, ostéopathique et kinésiologique de la santé.

femme colère fumée

Les rôles du psy, de l’ostéo et du kinésiologue

Devenir praticienne dans le domaine du bien-être, c’est se questionner sur notre champ d’actions. Mais également sur les limites à ne pas franchir pour ne pas devenir un obstacle à la prise en charge thérapeutique de nos clients. Je me suis donc interrogée pendant longtemps sur ma place dans leur parcours de santé. Quelle est ma valeur ajoutée ? Qu’est ce que peut apporter la kinésiologie après avoir été voir un médecin, un spécialiste et/ou après avoir été orienté vers un kiné ou encore un psy ?

Il m’aura fallu plus de 800h de formation, des centaines d’heures de pratiques et de nombreux échanges avec des confrères, consœurs et autres professionnels du médical et paramédical pour enfin être au clair avec moi-même sur ce point.

La psychologie : processus mentaux, comportements et émotions

La psychologie correspond à l’étude du psychisme, des processus mentaux et comportements de l’être humain. Son champ d’action porte sur :

  • les processus mentaux impliqués dans l’apprentissage et la connaissance, la mémoire, le raisonnement, le langage…
  • les comportements (compulsion, ou l’impulsivité par exemple)
  • les émotions et sentiments

Une psychothérapie peut être conseillée par les professionnels de santé lorsque le patient ressent des désagréments, de la souffrance ou de la détresse psychique. Le psychologue est, parfois, amener à travailler conjointement avec un médecin ou psychiatre. Cela permet de lier un traitement médicamenteux, si besoin, à un soutien psychologique. Aussi, il peut accompagner les perturbations mentales (légères à modérés), les affections émotionnelles, les conflits personnels ou interpersonnels, ou encore un déséquilibre de personnalité. La rôle principal du psychologue est d’accompagner l’individu dans sa vie psychique.

L’ostéopathie : entre structure et viscères

L’ostéopathie est une méthode qui intervient sur les systèmes musculosquelettique, viscéral ou encore myofascial. Cela permet la récupération des mobilités articulaires, viscérales et tissulaires. Aussi, elle prévient et remédie aux troubles fonctionnels liés à une restriction des tissus. L’ostéopathe ne soigne pas les problématiques organiques (fractures, entorses, scoliose, etc…) mais peut apporter plus de confort. Il a une compréhension fonctionnelle et globale du corps.

La kinésiologie : stress et blocages émotionnels du corps

La kinésiologie est une technique psycho-corporelle issue de la chiropraxie. Elle vient interroger les mémoires du corps grâce au test musculaire. Cela permet de mettre en lumière les stress présents et de les libérer. Souvent dus à des blocages émotionnels, le kinésiologue aborde le corps par le biais des émotions. Cela permet de comprendre les émotions engagées dans une problématique, pour ensuite libérer les différentes dimensions du corps impactées (structurelle, émotionnelle, biochimique et énergétique).

La kinésiologie dans tout ça ?

Ce qui distingue la kinésiologie des autres pratiques

Le premier point qui différencie la kinésiologie des autres techniques complémentaires est le test musculaire. C’est l’outil principal du kinésiologue. Il nous permet d’aborder la problématique sous le prisme des émotions. Ainsi, nous avons une lecture du corps spécifique : comment les émotions impactent le corps et ses mémoires de manière inconsciente.

Aussi, la kinésiologie n’a pas vocation à soigner ou à guérir. Notre rôle est d’apporter davantage de bien-être à la personne dans une situation donnée. Que cela soit face à une problématique du quotidien, une maladie, une douleur, un symptôme… Le kinésiologue cherche à libérer les différentes dimensions du corps de ce qui les encombrent. Ainsi, il peut retrouver toutes ses capacités d’adaptation, d’autorégulation ou d’autoguérison.

Ma pratique kinésiologique

Chaque kinésiologue mobilise différents outils pour accompagner ses clients. Les techniques que je mets à disposition en séance sont plutôt d’ordre structurel, émotionnel et énergétique (issue de la Médecine Traditionnelle Chinoise).

  • J’interviens sur la dimension structurelle du corps uniquement pour libérer une émotion qui y est engrammée
  • J’interroge le corps pour découvrir les blocages émotionnels. Mais je n’évalue pas les comportements et processus mentaux, ni ne cherche à agir directement dessus

La kinésiologie, comme toute technique complémentaire, a pour objectif d’apporter plus de confort et de bien-être à la personne. Elle ne soigne pas, ne guérit pas et ne propose pas de traitement. Le psychologue, lui, a un rôle thérapeutique et peut aussi accompagner les troubles et maladies psychiques. La kinésiologie étant issue de la chiropraxie, aborde le corps dans sa globalité, comme le fait un ostéopathe. En revanche, le kinésiologue aura une lecture émotionnelle du corps quand l’ostéopathe en aura une compréhension plus fonctionnelle.

Sources/liens

La partie « La psychologie : processus mentaux, comportements et émotions » a été rédigé en collaboration avec Fanny Koch, psychologue à Valence.

La newsletter

Chaque mois, tu reçois un mail avec les dernières actualités du cabinet, de mes réseaux sociaux et l’article de blog mensuel.

les réseaux sociaux

Envie d’en savoir plus sur la kinésiologie, ma pratique, etc… RDV sur les réseaux sociaux pour davantage de contenus.